Union Cycliste des Vosges du Nord : site officiel du club de cyclisme de DOSSENHEIM SUR ZINSEL - clubeo

PASSION QUAND TU NOUS TIENS….

22 juillet 2015 - 17:38

 

Ceux qui ne font qu’occasionnellement du vélo, ne peuvent pas comprendre la passion qui habite des cyclistes comme Christian, Lionel et Francis. Se lancer sur le parcours de la 19e étape de ce 102e Tour de France qui part de St Jean de Maurienne pour se terminer à La Toussuire les Sybelles. Cette épreuve se nomme " L’étape du Tour. Elles est organisée depuis quelques années par ASO, organisateur du Tour de France pour que les amateurs puissent se faire une idée de ce que sont capable de faire les coureurs professionnels. Chaque année, le succès est total et les organisateurs doivent, chaque année, refuser du monde aux inscriptions. Cette année, Il y avait 15000 inscrits. 13000 ont pris le départ et 9700 ont rallié l’arrivée à La Toussuire.

Cette étape s’est élancée de St Jean de Maurienne en Savoie à 553 mètres d’altitude pour un circuit de 138 km. En entrée c’est le col de Chaussy classé en 1ère catégorie qu’il faut franchir après seulement 15,5 km. C’est là qu’est franchie cette première difficulté du jour à 1533 mètres d’altitude. La route monte avec une pente moyenne de 6,3% mais des pointes à près de 9%. Il fallait déjà serrer les dents en souffrant dans cette première montée et surtout ne pas s’enflammer sur la chaussée roulante dans cette première montée. Suit une belle descente de 15 km pour récupérer malgré la chaleur avant d’attaquer, après une bonne vingtaine de kilomètres dans la vallée, où souvent il y a un fort vent de face, une spécificité des Alpes, un autre gros morceau avec le célèbre Col du Glandon qui à 1924 mètres, est l’ultime marchepied  avant le col de la Croix de Fer, col hors catégorie perché à 2067mètres. Que de souffrance sur les routes surchauffées de ce géant des Alpes. Là, à nouveau, il fallait souffrir pendant trois longs derniers kilomètres d’ascension, pour basculer au sommet de la Croix de Fer. Les compteurs marquent 83 kilomètres, il en reste 55 à parcourir. Il faut noter, pour durcir le circuit, que c’est du coté le plus dur qu’a eu cette deuxième ascension pour nos "héros" du jour. Nouvelle petite descente d’une quinzaine de kilomètres mises, à nouveau, à profit pour l’occupation favorite de la journée ; la chasse à la canette. De l’eau, de l’eau, toujours de l’eau !!! Que de mètres cubes d’eau ont été ingurgité en cette journée !!! Tout au long de ce beau parcours, les spectateurs arrosaient les participants mais, très rapidement, les maillots étaient à nouveau secs. Chaque concurrent a bu entre 10 e 15 litres d’eau pour épancher la soif et éviter le coup de chaud. Puis, c’est au tour du col du Mollard classé en 2e catégorie de se dresser sur la route. Après 5,7 km d’ascension à 6.8% de moyenne, l’altimètre affiche 1638 mètres. Une descente technique et scabreuse de 15 km et on passe tout près de la ligne de départ pour attaquer la dernière difficulté, La Toussuire à 1715 mètres ou se trouve la ligne d’arrivée après 18 km à 6.9% de moyenne. Les quatre premiers kilomètres sont les plus durs avec du 9% vers le 12e km un peu de répit avant la cote finale. Puis, au bout de la route, c’est la délivrance. En passant la ligne, c’est un sentiment de fierté mêlé de bonheur, de fatigue, de souffrance qui habitait sûrement nos représentants.

Le mieux classé est Lionel Ohl qui se classe 1704e en 7h17 minutes. Un superbe exploit de Lionel qui a, depuis de longues semaines, préparé cette épreuve avec beaucoup de sérieux. C’est la preuve qu’on ne peut pas se lancer dans cette épreuve sur un coup de tête avec peu de préparation. Bravo Lionel c’est grand ce que tu as fait !!!

Un peu plus loin, c’est Christian Luckel celui qu’on appelle amicalement "Le Vieux" qui franchit la ligne en 7h 54 minutes Il est classé à la 2822e place. Christian est un fidèle de l’Etape du Tour qu’il dispute régulièrement depuis des années. C’est un dur au mal qui a du beaucoup souffler en souffrant sur la route. Bravo "Le vieux", Tu en a maté quelques uns, des jeunes.

Et que dire de Francis Massotte ? Le coureur président qui a de nombreuses épreuves çà son actif (Etapes du Jour, Ardéchoise, Liège Bastogne Liège, Marathon de Paris etc etc….)Il finit comme l’année passée (C’était une journée dantesque au Tourmalet) dans les 4325e en 8h38. Reconnaissable de loin quand il pédale, avec son genou qui sort vers l’extérieur à chaque tour de pédale, Francis a remarqué, une fois de plus que cette épreuve se prépare. Il a souvent été dans le dur. Avec le duathlon qu’il pratique régulièrement, il fait moins de vélo et cela il l’a encore remarqué cette année. Bravo président !

Ce qui a marqué nos représentants, c’est la superbe organisation par ASO, de cette épreuve et aussi la sympathie des spectateurs au bord de la route, qui, tout au long des 138 km, ont eu pitié des acteurs en les aspergeant, au tuyau, et en leur remplissant de nombreuses fois, les bidons pour combattre la canicule omniprésente cette année pour la 102e édition du Tour de France

MERCI LES GARS ET RESPECT.

Commentaires